12/01/2007

Pied droit hors de celibaland ... pied gauche reste où il est

Les filles aurait tendance à développer une 'papillonae ventralis aigue' pendant que dans les cerveaux masculins un sentiment de 'propriété' prendrait d'abord place ...

Ceci est la conclusion d'une discussion, haut perchées sur nos tabourets, cachées derrière nos verres, embêtées par le bruit des flechettes ...

Problème : 'Demi' (nous l'appelerons ainsi puisque le sobriquet lui convient à bien des égards (non, il n'est pas monocouille), semble avoir déjà planté le panneau 'propriété privée' alors que je n'ai aucun signe précurseur de papillonite (même bénine) ...

19:52 Écrit par Bridge dans Dialogues internes | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

Commentaires

.... Tout faux... La papillonite existe aussi chez le sujet masculin.... Sauf chez les clébards qui se contentent de pisser aux quate coins de leur dulcinée....

Écrit par : ZEr0rama | 13/01/2007

nous l'appellerons donc... Clébard... :p

Écrit par : valou | 13/01/2007

Moralité Fuis-le !

Écrit par : CatVendredi | 13/01/2007

le truc du proprietaire c'est redibitoire ,,,, malheureusement .

Écrit par : zelda | 16/01/2007

... c'est un précoce !! :)

Écrit par : gaYa | 19/01/2007

Papillon vole ... mais ne se pose que rarement Je confirme: " La papillonite existe aussi chez le sujet masculin.... "
Mais en général ( et dans mon cas plus en particulié) : le sujet feminin visé est le plus souvent aveugle, insensible ou place son égo bien trop haut pour moi ...

Écrit par : Teddy qui dit ... | 01/02/2007

Les commentaires sont fermés.